««


EN FRANCE

 

FRANCE, MAFIA BUSINESS SUR LA CÔTE

Que nous savons:

o       2013 “Il n y a pas des “mafias “ en France mais …

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20131130.OBS7695/en-france-il-n-y-a-pas-de-mafias-mais-des-organisations-structurees.html

Pas de mafias "défiant l'Etat" mais des "mafieux" ici ou là et des "organisations criminelles structurées" issues des banlieues et des pays de l'Est : tel est le panorama de la criminalité organisée en France dressé par la police judiciaire, samedi 30 novembre.

"La France ne connaît pas de phénomènes mafieux au sens italien du terme [...] pouvant défier l'Etat", nuance le Sirasco. Mais il y a un "développement de multiples organisations criminelles plus locales et réduites" dont " la détermination et la dangerosité restent très élevées". (Nouvel Observateur, 30.11.2013)

o       2012, La mafia calabraise investit la Côte d’Azur

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/05/01016-20120305ARTFIG00376-la-mafia-calabraise-investit-la-cote-d-azur.php

 

En France se pose d'abord le problème des «latitanti», les fugitifs mafieux qui trouvent refuge au sein de cette diaspora. Le 25 juin 2010, Giuseppe Falsone, numéro deux de Cosa Nostra, a été arrêté à Marseille. Le 25 septembre 2011, un chef de la Ndrangheta, Roberto Cima, est tombé à son tour à Golfe-Juan (Alpes-Maritimes), puis un élu italien a été interpellé à Villefontaine (Isère). Ce dernier est considéré comme un «affilié externe» de la mafia calabraise «à laquelle il aurait accordé des marchés publics», dit la police.

«Des liens économiques suspects»

Les «collusions mafieuses» avec le grand banditisme français sont aujourd'hui avérées, dit-on Place Beauvau. En 2009, rappelle un commissaire de la DCPJ, le clan Tagliamento était visé par une enquête concernant «des opérations immobilières sur la Côte d'Azur» qui «mettait en lumière des liens économiques suspects» avec «des figures du banditisme, des entrepreneurs du bâtiment, des promoteurs» et même des «élus locaux».

Selon la police, outre des liens avec le milieu corse pour le trafic de drogue, la mafia calabraise détient des intérêts dans «des débits de boisson, des restaurants, des plages». La famille Magnoli, condamnée en 2010 à Marseille, est notamment pointée du doigt.

 

Dernièrement, la mafia italienne se serait spécialisée dans la «vente d'outillages contrefaits de provenance chinoise». Elle serait allée jusqu'à sceller des accords avec les triades qui seraient «à la recherche de débouchés en France». La Côte d'Azur n'est plus seulement une terre de repli. Elle devient une base logistique pour la pieuvre.  (Le Figaro 06.03.2012)

o       2012, Cinq organisations criminelles étrangéres sous surveillance

http://www.lefigaro.fr/sciences/2012/10/21/01008-20121021ARTFIG00170-cinq-organisations-criminelles-etrangeres-sous-surveillance.php

Des Italiens versés dans la fraude aux «énergies vertes». La police française ne l'avait jamais exprimé avec autant de force: «Le suivi des activités des familles apparentées aux mafias italiennes et implantées dans l'Hexagone permet de confirmer l'émergence d'une seconde génération reproduisant le schéma traditionnel au travers de ses activités criminelles.» Selon la PJ, «des individus, pour la plupart citoyens français, œuvrent pour le compte des mêmes organisations que leurs pères, conservant et entretenant le lien matriciel avec les familles calabraises ou camorristes d'origine, tout en poursuivant leur partenariat avec les organisations françaises traditionnelles.» Et de citer, parmi les personnes arrêtées le 2 mars 2011, à Menton ainsi qu'en région parisienne, les noms du fils d'un roi de la fausse monnaie travaillant pour la Camorra et du neveu d'un «artificier» calabrais de mèche avec des braqueurs du 93. (Le Figaro 21.10.2012)

o       1993, Commission Parlamentaire sur la Mafia , Bertrand Gallet: 100 milliards de dollars sont blanchis

http://www.humanite.fr/node/257945

BERTRAND GALLET, vous êtes député socialiste, rapporteur de la commission parlementaire sur la Mafia. Quelle est l'ampleur de la pénétration de cette organisation criminelle en France, surtout comment l'éradiquer?.

Il n'y a pas trace en France de mafia, au sens italien du terme, sous réserve de précision du cas grenoblois. Des liens existent entre le grand banditisme avec la Mafia dans les affaires de drogue. Là est le grand problème. Il y a beaucoup d'argent lavé en France. Le blanchiment est opéré, à l'étranger, notre pays étant attractif d'investissements pour les capitaux de la Mafia. 100 milliards de dollars sont blanchis à l'intérieur de la CEE, et dans ce cadre on voit mal comment la France pourrait être épargnée. La pénétration par ce biais se traduit par la prise en main des casinos, elle intervient dans les sociétés civiles immobilières et les programmes de construction. Je suis très sévère vis-à-vis de Monaco et de l'étanchéité des sociétés anonymes de la principauté. Ce sont des sas pour argent pré-blanchi, donnant une légitimité aux opérations criminelles. Il ne s'agit pas de voleurs de mobylettes mais d'hommes gravitant dans la haute finance. (humanité, 3.02.1993)